Quelles lignes pour apprendre à écrire ?

  • Post published:15 novembre 2020

Un petit article pour vous présenter les différents lignages que l’on peut trouver en France.
Quelles lignes utiliser pour apprendre à écrire ? 

Quelles lignes proposer pour les enfants en difficultés ?

Quelles adaptations sont à notre disposition ? 


Le "double ligne" aussi appelé "lignage maternelle"

C’est un lignage Seyes simplifié et agrandi. C’est le lignage couramment utilisé en classes de maternelle dans l’apprentissage de l’écriture cursive. 

 

Son avantage : ce lignage utilise les mêmes couleurs que le Seyes et les élèves de GS sont fiers de recevoir leur premier cahier d’écriture, “comme les grands”. 

 

Son inconvénient : ce lignage peut ancrer une mauvaise habitude dans la proportion des lettres. En effet, la ligne intermédiaire nécessaire pour calibrer la taille des lettres t et d a été retirée ainsi que celle pour les lettres qui descendent, qui se terminent donc à 3 “interlignes” en dessous. 

Les lettres montantes et descendantes se touchent ligne à ligne, il est alors plus difficile de se repérer. 

 

Conseil : préférer les réglures 3 mm pour que l’enfant n’utilise que le mouvement de ses doigts pour l’amplitude des lettres. Les interlignes de 5 mm incitent à faire bouger le poignet. 

Le lignage "terre herbe ciel"

Ce lignage est régulièrement utilisé par les enseignants en début de CP ou pour les élèves se repérant mal dans l’espace.

 

Son avantage : certains élèves vont apprécier l’histoire ludique des animaux et vont se créer des images mentales. 

Une enseignante blogueuse, Filaphinou va à l’école, nous livre ses différentes adaptations pour aider ses élèves à se repérer dans les différentes zones. Elle différencie le ciel à l’aide de deux oiseaux de taille différente. 

Il peut donc être intéressant de présenter ce lignage avec une préparation solide pour bien le comprendre et l’utiliser correctement. 

 

Ses inconvénients à prendre en compte : 

– les élèves daltoniens (environ 8 % des garçons) ne voient pas correctement les différentes couleurs utilisées, ce qui ne les aide pas à se repérer dans les lignes.
– respecter ce lignage est coûteux en attention, ce qui nuit à l’automatisation du geste d’écriture. En effet, l’enfant se concentre plus sur les couleurs “jusqu’au ciel”, “jusqu’au feu” que sur la formation des lettres.

Le lignage Gurvan

Ce lignage a été créé il y a quelques années par Anne-Gaël Tissot, collègue graphopédagogue dans l’Est, pour Gurvan, l’un de ses élèves dyspraxique sévère. 

 

Similaire au lignage Seyes, il est plus visuel avec une consigne simple : “les lettres restent dans la zone colorée”. 

Les lettres sont donc tracées dans la zone violette, montent et descendent dans la zone bleue et se posent sur la ligne violette. L’espace blanc évite l’enchevêtrement ligne à ligne. Le repérage est facilité et la lisibilité en est améliorée. 

 

La page possède également une aide au retour à la ligne car la marge à droite est repérée par une ligne en pointillés : c’est un avertissement visuel “on ne peut pas commencer à écrire un mot après les pointillés”.
La ligne rouge de la marge de gauche est infranchissable comme dans les autres cahiers.

 

Anne-Gaël Tissot met à disposition le téléchargement gratuit de feuillets mobiles sur son site SOS écriture https://www.sos-ecriture.com/outils

 

Le site Desmoulins.fr propose également un générateur de lignages Gurvan : il est possible de choisir les couleurs des lignes ou des marges, le format de la page, la taille des interlignes… 

 

 

Les enseignants peuvent ainsi proposer (temporairement ou non) des repères visibles pour une écriture plus facile. 

Ce lignage permet une différenciation et une adaptation intéressante pour leurs élèves en difficultés sur le Seyes classique. 

 

 

Des cahiers sont également commercialisés en 3 mm (maternelle), en 2,5 mm et en 2 mm. Leur format est adapté à l’âge de l’enfant.

Le lignage Seyes

Il reste le lignage de référence utilisé en France même s’il est assez complexe surtout pour les élèves en difficultés.

Appelé aussi “grands carreaux”, il est disponible en cahiers de différents formats, en feuillets mobiles ou copies doubles. 


Il est préférable de choisir le lignage bicolore : la ligne de base est violette et les interlignes bleus clairs.


Même si des cahiers avec interlignes de 4 ou 5 mm existent, il est conseillé de ne pas dépasser 3 mm au risque que l’enfant n’ait pas assez d’amplitude dans les doigts et écrive en faisant des mouvements du poignet.


¨Pour éviter l’enchevêtrement ligne à ligne, il est souvent demandé de “passer” une ligne, de “sauter” une ligne ce qui est parfois une consigne difficile à appliquer pour les élèves. 

 

Nous reverrons dans un prochain article les différentes préparations pour apprendre à se repérer dans une page de cahier Seyes.